« La normalité du Royaume »

Photo of David Wells, smiling in a black shirt.Que ce soit dans des appels sur Zoom avec des leaders, des discussions dans une cour arrière, des salles de réunion ou des salles familiales, en cette période de pandémie, il y a eu des conversations dans de multiples contextes sur la nouvelle normalité. Y en aura-t-il une? Quelles doivent être les attentes de ceux qui participent à la vie de l’Église? Quels sont les paramètres à envisager pour l’avenir?

Ma réponse constante et ma ferme conviction ont toujours été que nous devons permettre à la crise de la pandémie mondiale de nous faire entrer dans une nouvelle ère de « normalité du Royaume ». Je reconnais que cette phrase peut sembler très théorique, voire éthérée, aussi permettez-moi de donner quelques exemples concrets d’indicateurs que nous verrons si nous entrons dans la « normalité du Royaume ».

Le premier indicateur sera qu’en tant qu’individus, familles, assemblées et mouvements, nous ferons en sorte que les choses essentielles comptent vraiment. Or, les choses essentielles ne disparaissent jamais. De génération en génération, les disciples de Jésus ont toujours eu à faire certaines choses pour bien le représenter à leur époque et dans leur contexte. Le défi a toujours été que les discours dominants de notre époque et de notre milieu prennent souvent le dessus sur les messages du Royaume que les croyants doivent appliquer à leur vie. Au lieu d’être transformés, nous nous conformons. Il y existe de nombreuses preuves tragiques de cela dans l’histoire, et nous en déplorons encore à notre époque.

Des crises mondiales comme celle que nous avons vécue nous amènent à réfléchir à ce qui nous a éloignés de l’essentiel et à revenir aux attitudes, aux pratiques, et à la vie et la mission communes qui sont normales pour des disciples du Roi. Nous représentons mieux la normalité du Royaume lorsque nous poursuivons et vivons « le grand commandement », « la grande demande » et « la grande commission ».

Le grand commandement est clairement donné par Jésus en réponse à la question : « Maître, quel est le plus grand commandement de la loi? » Jésus a répondu : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta pensée. C’est le premier commandement et le plus grand. » (Matthieu 22:36-38).

Une première preuve de notre repentance et de notre réponse est que, tant sur le plan spirituel que sur le plan relationnel, l’Église fera l’expérience d’un renouvellement, d’une restauration qui accompagne le « premier amour ». Nous ne nous contenterons pas d’énoncer le grand commandement, mais nous aurons toute notre vie un amour sincère et entier pour Dieu qui se manifestera par un amour sacrificiel et constant pour notre prochain.

Cette expression de la normalité du Royaume va directement à l’encontre de l’individualisme et de l’accomplissement personnel; des objectifs qui sont conformes au schéma du monde. L’ambition égoïste, parfois revêtue d’un manteau religieux, devient une source de polarisation lorsque des droits sont revendiqués et que la réalisation d’objectifs précis est attendue. Quand cela se manifeste dans la vie de l’Église, l’unité du corps peut sembler n’être qu’un rêve dans un tel environnement de jugement et de discorde.

Pourtant, les paroles de Jésus, de Jean et d’autres personnes dans les Écritures nous attestent la normalité du Royaume :

« Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu »

« Tu aimeras ton prochain. »

« C’est à cela que tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples : si vous avez de l’amour les uns pour les autres. »

En nous projetant dans l’avenir, pouvons-nous évaluer tout ce que nous disons, faisons, publions ou entreprenons en fonction de ce que notre Seigneur a privilégié, à savoir l’amour et le service sacrificiel? C’est ma prière, car sans cela nous serons condamnés à un christianisme influencé par la mentalité de la culture et par nos préférences personnelles. Fort heureusement, j’ai observé plusieurs nouvelles expressions de l’amour de Dieu de la part des disciples de Jésus canadiens, les uns envers les autres, envers leurs prochains et envers leurs communautés locales. Seigneur, que ton règne vienne par une effusion d’amour pour toi et pour les autres. Que ton amour se répande à travers nous par ton Esprit.

Pour accomplir le grand commandement, nous devons également pratiquer la grande demande. Le prophète Michée pose la question : Que pouvons-nous apporter à Dieu pour plaire au Tout-Puissant? Il est clair que les sacrifices extérieurs ne sont pas la seule chose requise. C’est beaucoup plus profond. « On t’a fait connaître, ô homme, ce qui est bien; et ce que l’Éternel demande de toi, c’est que tu pratiques la justice, que tu aimes la miséricorde, et que tu marches humblement avec ton Dieu » (Michée 6:8 LSG).

La justice, la miséricorde et l’humilité sont des éléments essentiels. Motivés par l’agape de Dieu, les vrais disciples de Jésus manifestent ces attributs dans leur vie quotidienne. À une époque où la justice, la miséricorde et l’humilité sont exigées de toutes parts, les disciples de Jésus ont la possibilité de démontrer ces qualités de manière authentique et de multiples façons.

Faire preuve d’impartialité dans nos relations, être miséricordieux et indulgent même lorsqu’on nous fait du tort, et faire clairement passer les autres avant nous; voilà l’opportunité du Royaume que nous avons au Canada aujourd’hui. Une église canadienne qui s’autoprotège ne saisira jamais une telle opportunité. La normalité du Royaume consiste à donner sa vie pour les autres, à tisser des liens avec les plus modestes et à être la preuve vivante que des personnes justes, miséricordieuses et humbles, remplies de grâce et de vérité, peuvent encore exister dans nos communautés. Seigneur de droiture et de justice, que ta vie en nous nous amène à devenir un peuple rédempteur qui démontre ta vie dans chaque couche de la société. Puissions-nous ne pas chercher à nous promouvoir nous-mêmes, mais marcher humblement dans chaque situation où tu nous appelles, là où la justice et la miséricorde sont nécessaires.

Remplis de l’amour de Dieu et habilités par l’Esprit, nous avons le privilège, comme le demande la grande commission, d’aller vers les autres et de les voir devenir des disciples de Jésus. Cela se produit lorsque la bonne nouvelle est entendue et reçue et qu’elle produit une transformation dans la vie des gens. Le discipolat est un processus relationnel donné par l’Esprit dans lequel la vérité qui libère les gens est vécue et enseignée. Les citoyens du Royaume ont reçu la mission privilégiée d’apporter la vie de Jésus aux autres; une vie abondante, multidimensionnelle et éternelle!

Il est essentiel que nous restions fidèles aux messages du Royaume que sont le grand commandement, la grande demande et la grande commission. Les distractions sont nombreuses, en particulier pendant une épidémie mondiale. Nous devons nous demander, lorsque nous véhiculons les discours de la pandémie – en revendiquant nos droits, en faisant circuler des rumeurs et des scénarios sans fondement, en jugeant sévèrement les dirigeants et les autres – si nous aimons réellement plus Dieu et notre prochain? Faisons-nous preuve de justice, de miséricorde et de pardon, et marchons-nous dans l’humilité? Voyons-nous davantage de membres de la famille et de voisins venir à une foi vivante et devenir des disciples de Jésus pleinement formés? Sommes-nous inspirés par une nouvelle vision à nous joindre à d’autres pour former des disciples qui recherchent les nombreuses opportunités du Royaume qui s’offrent à nous?

Je vous invite à vous engager avec moi dans les principaux messages des Écritures. Fixons notre regard sur Jésus, qui nous conduira dans la vie normale du Royaume. Seigneur, nous nous humilions et nous reconnaissons que nous sommes simplement humains. Nous nous laissons facilement distraire et nous poursuivons tellement d’intrigues secondaires plutôt que le message principal. Par ton Esprit, inspire-nous à t’aimer profondément, à aimer et à servir les autres de manière sacrificielle, en pratiquant la justice, en aimant la miséricorde et en marchant humblement. Fais de nous un mouvement de formation de disciples par lequel de nombreux nouveaux disciples de Jésus entreront dans ton Royaume. Car c’est à toi qu’appartiennent le règne, la puissance et la gloire pour les siècles des siècles. Amen.

Cet article a été écrit par David Wells, surintendant général des Assemblées de la Pentecôte du Canada. Cet article a été publié dans l’édition d'automne 2021 de testimony/Enrich, la publication trimestrielle des Assemblées de la Pentecôte du Canada. ©2021 The Pentecostal Assemblies of Canada. Visitez www.testimonyenrich.ca.

Vidéos à la une

« La normalité du Royaume »

Photo of David Wells, smiling in a black shirt.Que ce soit dans des appels sur Zoom avec des leaders, des discussions dans une cour arrière, des salles de réunion ou des salles familiales, en cette période de pandémie, il y a eu des conversations dans de multiples contextes sur la nouvelle normalité. Y en aura-t-il une? Quelles doivent être les attentes de ceux qui participent à la vie de l’Église? Quels sont les paramètres à envisager pour l’avenir?

Ma réponse constante et ma ferme conviction ont toujours été que nous devons permettre à la crise de la pandémie mondiale de nous faire entrer dans une nouvelle ère de « normalité du Royaume ». Je reconnais que cette phrase peut sembler très théorique, voire éthérée, aussi permettez-moi de donner quelques exemples concrets d’indicateurs que nous verrons si nous entrons dans la « normalité du Royaume ».

Le premier indicateur sera qu’en tant qu’individus, familles, assemblées et mouvements, nous ferons en sorte que les choses essentielles comptent vraiment. Or, les choses essentielles ne disparaissent jamais. De génération en génération, les disciples de Jésus ont toujours eu à faire certaines choses pour bien le représenter à leur époque et dans leur contexte. Le défi a toujours été que les discours dominants de notre époque et de notre milieu prennent souvent le dessus sur les messages du Royaume que les croyants doivent appliquer à leur vie. Au lieu d’être transformés, nous nous conformons. Il y existe de nombreuses preuves tragiques de cela dans l’histoire, et nous en déplorons encore à notre époque.

Des crises mondiales comme celle que nous avons vécue nous amènent à réfléchir à ce qui nous a éloignés de l’essentiel et à revenir aux attitudes, aux pratiques, et à la vie et la mission communes qui sont normales pour des disciples du Roi. Nous représentons mieux la normalité du Royaume lorsque nous poursuivons et vivons « le grand commandement », « la grande demande » et « la grande commission ».

Le grand commandement est clairement donné par Jésus en réponse à la question : « Maître, quel est le plus grand commandement de la loi? » Jésus a répondu : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta pensée. C’est le premier commandement et le plus grand. » (Matthieu 22:36-38).

Une première preuve de notre repentance et de notre réponse est que, tant sur le plan spirituel que sur le plan relationnel, l’Église fera l’expérience d’un renouvellement, d’une restauration qui accompagne le « premier amour ». Nous ne nous contenterons pas d’énoncer le grand commandement, mais nous aurons toute notre vie un amour sincère et entier pour Dieu qui se manifestera par un amour sacrificiel et constant pour notre prochain.

Cette expression de la normalité du Royaume va directement à l’encontre de l’individualisme et de l’accomplissement personnel; des objectifs qui sont conformes au schéma du monde. L’ambition égoïste, parfois revêtue d’un manteau religieux, devient une source de polarisation lorsque des droits sont revendiqués et que la réalisation d’objectifs précis est attendue. Quand cela se manifeste dans la vie de l’Église, l’unité du corps peut sembler n’être qu’un rêve dans un tel environnement de jugement et de discorde.

Pourtant, les paroles de Jésus, de Jean et d’autres personnes dans les Écritures nous attestent la normalité du Royaume :

« Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu »

« Tu aimeras ton prochain. »

« C’est à cela que tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples : si vous avez de l’amour les uns pour les autres. »

En nous projetant dans l’avenir, pouvons-nous évaluer tout ce que nous disons, faisons, publions ou entreprenons en fonction de ce que notre Seigneur a privilégié, à savoir l’amour et le service sacrificiel? C’est ma prière, car sans cela nous serons condamnés à un christianisme influencé par la mentalité de la culture et par nos préférences personnelles. Fort heureusement, j’ai observé plusieurs nouvelles expressions de l’amour de Dieu de la part des disciples de Jésus canadiens, les uns envers les autres, envers leurs prochains et envers leurs communautés locales. Seigneur, que ton règne vienne par une effusion d’amour pour toi et pour les autres. Que ton amour se répande à travers nous par ton Esprit.

Pour accomplir le grand commandement, nous devons également pratiquer la grande demande. Le prophète Michée pose la question : Que pouvons-nous apporter à Dieu pour plaire au Tout-Puissant? Il est clair que les sacrifices extérieurs ne sont pas la seule chose requise. C’est beaucoup plus profond. « On t’a fait connaître, ô homme, ce qui est bien; et ce que l’Éternel demande de toi, c’est que tu pratiques la justice, que tu aimes la miséricorde, et que tu marches humblement avec ton Dieu » (Michée 6:8 LSG).

La justice, la miséricorde et l’humilité sont des éléments essentiels. Motivés par l’agape de Dieu, les vrais disciples de Jésus manifestent ces attributs dans leur vie quotidienne. À une époque où la justice, la miséricorde et l’humilité sont exigées de toutes parts, les disciples de Jésus ont la possibilité de démontrer ces qualités de manière authentique et de multiples façons.

Faire preuve d’impartialité dans nos relations, être miséricordieux et indulgent même lorsqu’on nous fait du tort, et faire clairement passer les autres avant nous; voilà l’opportunité du Royaume que nous avons au Canada aujourd’hui. Une église canadienne qui s’autoprotège ne saisira jamais une telle opportunité. La normalité du Royaume consiste à donner sa vie pour les autres, à tisser des liens avec les plus modestes et à être la preuve vivante que des personnes justes, miséricordieuses et humbles, remplies de grâce et de vérité, peuvent encore exister dans nos communautés. Seigneur de droiture et de justice, que ta vie en nous nous amène à devenir un peuple rédempteur qui démontre ta vie dans chaque couche de la société. Puissions-nous ne pas chercher à nous promouvoir nous-mêmes, mais marcher humblement dans chaque situation où tu nous appelles, là où la justice et la miséricorde sont nécessaires.

Remplis de l’amour de Dieu et habilités par l’Esprit, nous avons le privilège, comme le demande la grande commission, d’aller vers les autres et de les voir devenir des disciples de Jésus. Cela se produit lorsque la bonne nouvelle est entendue et reçue et qu’elle produit une transformation dans la vie des gens. Le discipolat est un processus relationnel donné par l’Esprit dans lequel la vérité qui libère les gens est vécue et enseignée. Les citoyens du Royaume ont reçu la mission privilégiée d’apporter la vie de Jésus aux autres; une vie abondante, multidimensionnelle et éternelle!

Il est essentiel que nous restions fidèles aux messages du Royaume que sont le grand commandement, la grande demande et la grande commission. Les distractions sont nombreuses, en particulier pendant une épidémie mondiale. Nous devons nous demander, lorsque nous véhiculons les discours de la pandémie – en revendiquant nos droits, en faisant circuler des rumeurs et des scénarios sans fondement, en jugeant sévèrement les dirigeants et les autres – si nous aimons réellement plus Dieu et notre prochain? Faisons-nous preuve de justice, de miséricorde et de pardon, et marchons-nous dans l’humilité? Voyons-nous davantage de membres de la famille et de voisins venir à une foi vivante et devenir des disciples de Jésus pleinement formés? Sommes-nous inspirés par une nouvelle vision à nous joindre à d’autres pour former des disciples qui recherchent les nombreuses opportunités du Royaume qui s’offrent à nous?

Je vous invite à vous engager avec moi dans les principaux messages des Écritures. Fixons notre regard sur Jésus, qui nous conduira dans la vie normale du Royaume. Seigneur, nous nous humilions et nous reconnaissons que nous sommes simplement humains. Nous nous laissons facilement distraire et nous poursuivons tellement d’intrigues secondaires plutôt que le message principal. Par ton Esprit, inspire-nous à t’aimer profondément, à aimer et à servir les autres de manière sacrificielle, en pratiquant la justice, en aimant la miséricorde et en marchant humblement. Fais de nous un mouvement de formation de disciples par lequel de nombreux nouveaux disciples de Jésus entreront dans ton Royaume. Car c’est à toi qu’appartiennent le règne, la puissance et la gloire pour les siècles des siècles. Amen.

Cet article a été écrit par David Wells, surintendant général des Assemblées de la Pentecôte du Canada. Cet article a été publié dans l’édition d'automne 2021 de testimony/Enrich, la publication trimestrielle des Assemblées de la Pentecôte du Canada. ©2021 The Pentecostal Assemblies of Canada. Visitez www.testimonyenrich.ca.