C’est une bonne nouvelle! Un témoignage de Bob Gal

Bob Gal on Zoom - This is Good News

Tôt un matin, alors que Bob passait du temps avec le Seigneur, son attention s’est portée sur les versets du Psaume 62. Bob a beaucoup médité sur ce chapitre particulier.

Oui, mon âme, repose-toi sur Dieu,
car c’est de lui que vient mon espérance.
Oui, c’est lui mon rocher et mon salut,
ma forteresse : je ne serai pas ébranlé.

Sur Dieu reposent mon salut et ma gloire;
le rocher de ma force, mon refuge, est en Dieu.

En tout temps, peuples, confiez-vous en lui,
épanchez votre cœur devant lui!
Dieu est notre refuge. – Pause (Psaume 62:6-9)

En tant qu’homme ayant eu le privilège de servir Jésus de nombreuses années, Bob a compris que sa préparation quotidienne pour le ministère doit toujours commencer en passant du temps dans la Parole de Dieu, en priant et en gardant le silence devant le Seigneur.

 « Il est vital pour notre ministère que nous soyons équipés par la puissance du Saint-Esprit, car sans elle nous ne sommes jamais aussi efficaces que nous le pourrions. »

En raison du « roulement » des restrictions de la COVID-19, Bob (et sa femme Karen) n’ont pas pu être sur place à l’église « The Chapel », située au West Edmonton Mall. La dernière année a été une « saison » pour amener « The Chapel » aux gens sur Zoom et en personne (à une distance sécuritaire), selon la direction de Dieu. Bob s’est senti poussé dans son esprit à aller servir la communion aux précieuses personnes du centre-ville. Bob sentait que c’était urgent, alors il a sorti son plateau de communion et préparé les éléments. Le protocole de sécurité étant primordial à ce moment-là, Bob a pris ses gants et fouillé la cuisine à la recherche de pinces pour distribuer les éléments de la communion en toute sécurité.

Emmitouflé, et vivifié spirituellement, Bob avait hâte d’échanger avec tous ceux qui viendraient à sa « chapelle en plein air ». En pénétrant au cœur du centre-ville, Bob se sentait dirigé par Dieu, et quelques pâtés de maisons plus loin, il a senti qu’il devait rapidement trouver un endroit où se garer. Après avoir garé son véhicule dans un espace, Bob a pris une table, sa fidèle « épée », le plateau de communion, les éléments et ses pinces.

Comme dans de nombreux centres-villes de notre pays, beaucoup de gens sont sans-abri, souffrent de maladies mentales, consomment des drogues, vivent dans la pauvreté et sont désespérés et découragés. En préparant ce temps de ministère, Bob s’est souvenu des paroles du Psaume 62 qui disent que Dieu nous rencontre dans le silence, quand nous nous reposons sur lui et venons humblement à lui.

En inspectant son emplacement, Bob a ouvert sa table et l’a posée sur un petit tas de neige au bord du trottoir. La « table du Seigneur » de fortune dissimulait la triste réalité des seringues souillées, des gobelets jetés, des gants usagés et autres choses du genre. Il s’est rappelé qu’en fin de compte, Dieu seul peut racheter pour sa gloire ceux qui sont brisés et affligés. À ce moment précis, ce coin de rue a été transformé et réclamé pour le ministère envers ceux-là même pour qui Christ est mort.

Bob était à peine installé quand il a levé les yeux et vu une femme plutôt imposante traverser la rue précipitamment. Elle regardait autour d’elle dans l’espoir de voir quelqu’un ou quelque chose qui puisse l’aider. Quand elle a reconnu Bob, elle s’est écriée : « J’ai besoin de Jésus! J’ai besoin de Jésus et j’ai besoin de lui là, tout de suite! » Quand on parle d’être « prêt en toute occasion, favorable ou non »! Les cris frénétiques de la dame ont attiré l’attention de nombreux curieux maintenant informés de ce « moment de Dieu ». Bob a prié calmement pendant que la femme vidait son cœur du lourd fardeau de déception qu’elle portait. À travers les larmes, les spasmes et les sanglots, « Nora » (nom fictif) a raconté à Bob que sa chère mère venait de mourir. Malheureusement, en raison des protocoles de la COVID-19, elle n’avait pas pu dire au revoir à sa mère et encore moins être auprès d’elle et lui tenir la main quand elle a rendu son dernier souffle.

À sa façon unique, Bob a parlé de l’espoir et de la paix que seul Christ peut donner. Il lui a parlé de l’amour sacrificiel de Dieu et du Fils que Dieu a dû regarder mourir à distance. Un Fils qui a pris sur lui le péché, les insultes, le ridicule, la souffrance, la douleur et les injustices que le monde lui offrait. Un Fils qui est devenu le Sauveur du monde. Un Sauveur qui comprenait pleinement le chagrin et la douleur de Nora. Bob lui a non seulement dit que Dieu connaissait sa peine, mais qu’il désirait qu’elle lui remette sa douleur et reçoive l’amour de Christ. En regardant Nora, Bob voyait cette femme brisée et impétueuse être touchée par la puissance transformatrice du Saint-Esprit. Bob a vu son expression s’adoucir sous ses yeux.

Malgré l’agitation qu’ils ont causée, Bob a prié avec cette femme la prière de repentance. Les larmes gelées sur ses joues étaient maintenant réchauffées par de nouvelles larmes purificatrices alors qu’elle recevait Jésus dans son cœur. Conduisant cette femme vers son sanctuaire de fortune, Bob a enfilé ses gants et saisi les pinces. Il a distribué les éléments de la communion à cette femme et à d’autres personnes réunies dans cette assemblée en plein air impromptue. Il a rappelé à « l’assistance » le précieux sang versé et le corps brisé de Jésus, et le pardon qu’il offre par son sacrifice. Plusieurs ont pris ces précieux éléments pour la première fois, pendant que les anges dans les cieux se réjouissaient qu’un nouveau nom, celui de « Nora » était écrit dans la gloire!

Rotated Bob Gal - Communion during COVID pic - This is Good News story

Crédit photo : Bob Gal.

Vidéos à la une

C’est une bonne nouvelle! Un témoignage de Bob Gal

Bob Gal on Zoom - This is Good News

Tôt un matin, alors que Bob passait du temps avec le Seigneur, son attention s’est portée sur les versets du Psaume 62. Bob a beaucoup médité sur ce chapitre particulier.

Oui, mon âme, repose-toi sur Dieu,
car c’est de lui que vient mon espérance.
Oui, c’est lui mon rocher et mon salut,
ma forteresse : je ne serai pas ébranlé.

Sur Dieu reposent mon salut et ma gloire;
le rocher de ma force, mon refuge, est en Dieu.

En tout temps, peuples, confiez-vous en lui,
épanchez votre cœur devant lui!
Dieu est notre refuge. – Pause (Psaume 62:6-9)

En tant qu’homme ayant eu le privilège de servir Jésus de nombreuses années, Bob a compris que sa préparation quotidienne pour le ministère doit toujours commencer en passant du temps dans la Parole de Dieu, en priant et en gardant le silence devant le Seigneur.

 « Il est vital pour notre ministère que nous soyons équipés par la puissance du Saint-Esprit, car sans elle nous ne sommes jamais aussi efficaces que nous le pourrions. »

En raison du « roulement » des restrictions de la COVID-19, Bob (et sa femme Karen) n’ont pas pu être sur place à l’église « The Chapel », située au West Edmonton Mall. La dernière année a été une « saison » pour amener « The Chapel » aux gens sur Zoom et en personne (à une distance sécuritaire), selon la direction de Dieu. Bob s’est senti poussé dans son esprit à aller servir la communion aux précieuses personnes du centre-ville. Bob sentait que c’était urgent, alors il a sorti son plateau de communion et préparé les éléments. Le protocole de sécurité étant primordial à ce moment-là, Bob a pris ses gants et fouillé la cuisine à la recherche de pinces pour distribuer les éléments de la communion en toute sécurité.

Emmitouflé, et vivifié spirituellement, Bob avait hâte d’échanger avec tous ceux qui viendraient à sa « chapelle en plein air ». En pénétrant au cœur du centre-ville, Bob se sentait dirigé par Dieu, et quelques pâtés de maisons plus loin, il a senti qu’il devait rapidement trouver un endroit où se garer. Après avoir garé son véhicule dans un espace, Bob a pris une table, sa fidèle « épée », le plateau de communion, les éléments et ses pinces.

Comme dans de nombreux centres-villes de notre pays, beaucoup de gens sont sans-abri, souffrent de maladies mentales, consomment des drogues, vivent dans la pauvreté et sont désespérés et découragés. En préparant ce temps de ministère, Bob s’est souvenu des paroles du Psaume 62 qui disent que Dieu nous rencontre dans le silence, quand nous nous reposons sur lui et venons humblement à lui.

En inspectant son emplacement, Bob a ouvert sa table et l’a posée sur un petit tas de neige au bord du trottoir. La « table du Seigneur » de fortune dissimulait la triste réalité des seringues souillées, des gobelets jetés, des gants usagés et autres choses du genre. Il s’est rappelé qu’en fin de compte, Dieu seul peut racheter pour sa gloire ceux qui sont brisés et affligés. À ce moment précis, ce coin de rue a été transformé et réclamé pour le ministère envers ceux-là même pour qui Christ est mort.

Bob était à peine installé quand il a levé les yeux et vu une femme plutôt imposante traverser la rue précipitamment. Elle regardait autour d’elle dans l’espoir de voir quelqu’un ou quelque chose qui puisse l’aider. Quand elle a reconnu Bob, elle s’est écriée : « J’ai besoin de Jésus! J’ai besoin de Jésus et j’ai besoin de lui là, tout de suite! » Quand on parle d’être « prêt en toute occasion, favorable ou non »! Les cris frénétiques de la dame ont attiré l’attention de nombreux curieux maintenant informés de ce « moment de Dieu ». Bob a prié calmement pendant que la femme vidait son cœur du lourd fardeau de déception qu’elle portait. À travers les larmes, les spasmes et les sanglots, « Nora » (nom fictif) a raconté à Bob que sa chère mère venait de mourir. Malheureusement, en raison des protocoles de la COVID-19, elle n’avait pas pu dire au revoir à sa mère et encore moins être auprès d’elle et lui tenir la main quand elle a rendu son dernier souffle.

À sa façon unique, Bob a parlé de l’espoir et de la paix que seul Christ peut donner. Il lui a parlé de l’amour sacrificiel de Dieu et du Fils que Dieu a dû regarder mourir à distance. Un Fils qui a pris sur lui le péché, les insultes, le ridicule, la souffrance, la douleur et les injustices que le monde lui offrait. Un Fils qui est devenu le Sauveur du monde. Un Sauveur qui comprenait pleinement le chagrin et la douleur de Nora. Bob lui a non seulement dit que Dieu connaissait sa peine, mais qu’il désirait qu’elle lui remette sa douleur et reçoive l’amour de Christ. En regardant Nora, Bob voyait cette femme brisée et impétueuse être touchée par la puissance transformatrice du Saint-Esprit. Bob a vu son expression s’adoucir sous ses yeux.

Malgré l’agitation qu’ils ont causée, Bob a prié avec cette femme la prière de repentance. Les larmes gelées sur ses joues étaient maintenant réchauffées par de nouvelles larmes purificatrices alors qu’elle recevait Jésus dans son cœur. Conduisant cette femme vers son sanctuaire de fortune, Bob a enfilé ses gants et saisi les pinces. Il a distribué les éléments de la communion à cette femme et à d’autres personnes réunies dans cette assemblée en plein air impromptue. Il a rappelé à « l’assistance » le précieux sang versé et le corps brisé de Jésus, et le pardon qu’il offre par son sacrifice. Plusieurs ont pris ces précieux éléments pour la première fois, pendant que les anges dans les cieux se réjouissaient qu’un nouveau nom, celui de « Nora » était écrit dans la gloire!

Rotated Bob Gal - Communion during COVID pic - This is Good News story

Crédit photo : Bob Gal.