En des temps comme ceux que nous vivons

DWTest

Cette saison a été marquée par des mots qui parlent d'incertitude et de perturbation : confinement, annulation, pivot, distanciation et aplatissement de la courbe. Bien que cette période ait été difficile, beaucoup d'entre nous ayant tout vécu, de la perturbation au deuil, elle nous a également donné l'occasion de nous éveiller tout à nouveau aux principes et pratiques qui sont fondamentaux pour être des disciples de Jésus.

Au début de la période de confinement de la COVID-19, nous avons sorti un livre-cadeau que j'avais écrit, intitulé Si Jésusrevisiter une question qui change la vie. Il y était question des qualités essentielles de la vie de Jésus : l'intimité avec le Père, la communion et la puissance de l'Esprit, le développement des disciples et la recherche des perdus. Deux pratiques essentielles étaient à la base de ces qualités : la solitude et la simplicité.

Il m'a semblé opportun, voire prophétique, qu'au moment où le virus se répandait dans le monde entier, il nous ait été rappelé que la vie et le ministère de Jésus étaient fondés sur la solitude et la simplicité. Comme il est dit dans Si Jésus : « Jésus a vécu une vie d'intimité avec le Père. Tout ce qu'il a fait a été fait dans la puissance de l'Esprit. Il est resté fidèle à sa vocation de faire des disciples. Et sa quête passionnée des perdus n'a jamais faibli. Lorsque je lis les récits de l'Évangile, je vois Jésus exercer deux disciplines spirituelles clés : la solitude et la simplicité qui lui ont permis de vivre ce genre de vie. Bien qu'il n'y soit pas souvent fait référence dans les sermons ou dans les cours de christologie, je crois que ce sont ces disciplines qui lui ont permis de maintenir ses priorités et de rester focalisé et disponible tout au long de sa vie et de son ministère. Sans ces disciplines actives dans nos vies, il est très peu probable que nous réussissions à utiliser notre temps, notre énergie et notre argent comme Jésus le ferait s'il vivait physiquement dans notre monde actuel[1]. »

La saison que nous avons traversée nous a ramenés aux fondamentaux, aux « choses principales », qui fournissent une base pour faire face aux réalités quotidiennes des temps incertains. Dans ces moments-là, je me suis retrouvé à fredonner des chants qui parlent de notre Seigneur comme d'un « ami », d'un « rocher solide » et d'une « ancre ». Comme indiqué dans Si Jésus, c'est dans les moments de solitude que Jésus trouve le lieu solitaire - se retirer pour communier avec le Père et pour clarifier son but et sa direction. C’est une discipline que Jésus pratiquait régulièrement. Dans la solitude, Jésus jouissait d'une intimité avec le Père et du ressourcement de l'Esprit. De nombreuses fois, Jésus revient du lieu solitaire et énonce clairement ce qu'il fera et ne fera pas, où il ira et n'ira pas. Il émerge de la solitude avec une force renouvelée pour accomplir son appel au ministère.

À cette pratique s'ajoute l'engagement de Jésus à mener une vie de simplicité. Jésus maintient son focus sur la recherche du Royaume de Dieu et appelle ses disciples à faire de même. Ils ne doivent pas se laisser distraire en servant l'argent, la popularité, la tradition ou leur propre intérêt. Le résultat est que Jésus fait preuve d'un style de vie simple et d'un esprit libre pour servir les autres alors qu’il est conduit et animé par l'Esprit. Il ne fait que ce que le Père lui dit de faire.

Ces pratiques et le mode de vie qui en résulte sont en totale contradiction avec les normes culturelles que nous connaissions avant la COVID. La saison que nous avons traversée nous a donné l'occasion de recalibrer nos vies, nos familles et nos églises sur les priorités et les pratiques de Jésus et du Royaume, et de nous concentrer sur les « choses principales ».

J'ai reconnu certaines de ces « choses principales » en réfléchissant à la question suivante : « Si Jésus vivait physiquement au Canada à cette époque, comment vivrait-il? »

Jésus a toujours été réaliste quant aux défis que nous aurions à relever dans cette vie. Il fallait s'attendre à des persécutions, des épreuves et aux réalités de la fin des temps. Il y aurait suffisamment de mal pour chaque jour! Les fermetures, l'isolement, les bulles sociales et les quarantaines se sont révélés être des défis. Jésus ne le nierait pas. Mais à travers ces épreuves, il nous indiquerait la place de la connaissance de l'intimité avec Dieu et les autres. Sans minimiser l'impact que l'isolement social a eu sur beaucoup, une opportunité s'est présentée pour ceux d'entre nous qui, avant la COVID, se sont retrouvés à vivre des horaires frénétiques, se sentant souvent épuisés.

La solitude et la simplicité que Jésus a pratiquées nous appellent une fois encore à vivre de façon à ce que nous connaissions l'intimité avec le Père et que nous soyons au clair sur les priorités au centre de nos vies, de nos familles et de nos églises. En tant qu'individus, nous avons été invités à approfondir notre vie intérieure de prière et à donner la priorité à nos relations clés, y compris celles avec nos voisins. L'énorme défi a apporté de grandes opportunités relationnelles, à la fois humaines et divines.

Pour les familles - en particulier celles qui ont des enfants d'âge scolaire ou des personnes âgées confrontées à des problèmes de santé, voire à la mort - la difficulté est indéniable. Pourtant, les familles ont eu l'occasion de redécouvrir le foyer comme principal contexte de formation des disciples pour les enfants et les jeunes. Les ressources en ligne pour le culte familial et la formation de disciples se sont multipliées. De nouveaux moyens de communication et d'activité familiale ont été découverts.

Les églises et les leaders d'église ont été confrontés à d'énormes défis. Comment pouvons-nous nous connecter ou renforcer notre présence en ligne? Comment rester engagé en tant qu’assemblée tout en s'adressant à la communauté par de nouveaux moyens? Qu'adviendra-t-il de nos finances? Comment répondre aux diverses opinions concernant les restrictions liées à la COVID? S'agit-il d'une question de santé publique ou de liberté religieuse? Quand devrions-nous nous réunir et comment nous y préparer? Je rends hommage aux nombreux pasteurs, leaders d'église et membres d’assemblées qui ont abordé ces questions et d'autres encore.

Nous, les dirigeants locaux, de district, nationaux et internationaux, nous sommes constamment retrouvés au-delà des limites de notre propre compréhension. Comme nous sommes reconnaissants de la promesse de Jésus de ne jamais nous quitter ou nous abandonner! Dans la solitude et la communion, nous redécouvrons la simplicité - les « choses principales ». Il nous offre la sagesse pour ce qui compte si nous sommes disponibles pour entendre sa voix et lui faire confiance. Cette saison a été importante pour redécouvrir cela et pour se réaligner sur les objectifs de l'église et sa mission.

N'oublions pas les leçons tirées de la nouvelle saison dans laquelle nous nous engageons. Que ce soit en tant qu'individus, familles ou églises, je prie que nous retrouvions les principales pratiques et disciplines de la vie et du ministère de Jésus. Vivons le « Royaume normal » comme il l'a fait.

Notre Dieu tout-puissant, merci de nous rapprocher en des temps comme celui que nous vivons. Tu savais que nous allions rencontrer des moments difficiles, mais tu as toujours promis ta présence, ta compagnie, tes conseils et ta puissance. Avec la clarté donnée par ton Esprit, aide-nous à nous concentrer sur les « choses principales » du Royaume dans nos vies, nos familles et nos églises. Pour ta gloire. Amen.


  1. David R. Wells, Si Jésus… revisiter une question qui change la vie (Mississauga, ON: Les Assemblées de la Pentecôte du Canada, 2019), 62.

Cet article a été écrit par David Wells, surintendant général des Assemblées de la Pentecôte du Canada. Cet article a été publié dans l’édition d'automne 2020 de testimony/Enrich, la publication trimestrielle des Assemblées de la Pentecôte du Canada. ©2020 The Pentecostal Assemblies of Canada. Visitez www.testimonyenrich.ca.

Vidéos à la une

En des temps comme ceux que nous vivons

DWTest

Cette saison a été marquée par des mots qui parlent d'incertitude et de perturbation : confinement, annulation, pivot, distanciation et aplatissement de la courbe. Bien que cette période ait été difficile, beaucoup d'entre nous ayant tout vécu, de la perturbation au deuil, elle nous a également donné l'occasion de nous éveiller tout à nouveau aux principes et pratiques qui sont fondamentaux pour être des disciples de Jésus.

Au début de la période de confinement de la COVID-19, nous avons sorti un livre-cadeau que j'avais écrit, intitulé Si Jésusrevisiter une question qui change la vie. Il y était question des qualités essentielles de la vie de Jésus : l'intimité avec le Père, la communion et la puissance de l'Esprit, le développement des disciples et la recherche des perdus. Deux pratiques essentielles étaient à la base de ces qualités : la solitude et la simplicité.

Il m'a semblé opportun, voire prophétique, qu'au moment où le virus se répandait dans le monde entier, il nous ait été rappelé que la vie et le ministère de Jésus étaient fondés sur la solitude et la simplicité. Comme il est dit dans Si Jésus : « Jésus a vécu une vie d'intimité avec le Père. Tout ce qu'il a fait a été fait dans la puissance de l'Esprit. Il est resté fidèle à sa vocation de faire des disciples. Et sa quête passionnée des perdus n'a jamais faibli. Lorsque je lis les récits de l'Évangile, je vois Jésus exercer deux disciplines spirituelles clés : la solitude et la simplicité qui lui ont permis de vivre ce genre de vie. Bien qu'il n'y soit pas souvent fait référence dans les sermons ou dans les cours de christologie, je crois que ce sont ces disciplines qui lui ont permis de maintenir ses priorités et de rester focalisé et disponible tout au long de sa vie et de son ministère. Sans ces disciplines actives dans nos vies, il est très peu probable que nous réussissions à utiliser notre temps, notre énergie et notre argent comme Jésus le ferait s'il vivait physiquement dans notre monde actuel[1]. »

La saison que nous avons traversée nous a ramenés aux fondamentaux, aux « choses principales », qui fournissent une base pour faire face aux réalités quotidiennes des temps incertains. Dans ces moments-là, je me suis retrouvé à fredonner des chants qui parlent de notre Seigneur comme d'un « ami », d'un « rocher solide » et d'une « ancre ». Comme indiqué dans Si Jésus, c'est dans les moments de solitude que Jésus trouve le lieu solitaire - se retirer pour communier avec le Père et pour clarifier son but et sa direction. C’est une discipline que Jésus pratiquait régulièrement. Dans la solitude, Jésus jouissait d'une intimité avec le Père et du ressourcement de l'Esprit. De nombreuses fois, Jésus revient du lieu solitaire et énonce clairement ce qu'il fera et ne fera pas, où il ira et n'ira pas. Il émerge de la solitude avec une force renouvelée pour accomplir son appel au ministère.

À cette pratique s'ajoute l'engagement de Jésus à mener une vie de simplicité. Jésus maintient son focus sur la recherche du Royaume de Dieu et appelle ses disciples à faire de même. Ils ne doivent pas se laisser distraire en servant l'argent, la popularité, la tradition ou leur propre intérêt. Le résultat est que Jésus fait preuve d'un style de vie simple et d'un esprit libre pour servir les autres alors qu’il est conduit et animé par l'Esprit. Il ne fait que ce que le Père lui dit de faire.

Ces pratiques et le mode de vie qui en résulte sont en totale contradiction avec les normes culturelles que nous connaissions avant la COVID. La saison que nous avons traversée nous a donné l'occasion de recalibrer nos vies, nos familles et nos églises sur les priorités et les pratiques de Jésus et du Royaume, et de nous concentrer sur les « choses principales ».

J'ai reconnu certaines de ces « choses principales » en réfléchissant à la question suivante : « Si Jésus vivait physiquement au Canada à cette époque, comment vivrait-il? »

Jésus a toujours été réaliste quant aux défis que nous aurions à relever dans cette vie. Il fallait s'attendre à des persécutions, des épreuves et aux réalités de la fin des temps. Il y aurait suffisamment de mal pour chaque jour! Les fermetures, l'isolement, les bulles sociales et les quarantaines se sont révélés être des défis. Jésus ne le nierait pas. Mais à travers ces épreuves, il nous indiquerait la place de la connaissance de l'intimité avec Dieu et les autres. Sans minimiser l'impact que l'isolement social a eu sur beaucoup, une opportunité s'est présentée pour ceux d'entre nous qui, avant la COVID, se sont retrouvés à vivre des horaires frénétiques, se sentant souvent épuisés.

La solitude et la simplicité que Jésus a pratiquées nous appellent une fois encore à vivre de façon à ce que nous connaissions l'intimité avec le Père et que nous soyons au clair sur les priorités au centre de nos vies, de nos familles et de nos églises. En tant qu'individus, nous avons été invités à approfondir notre vie intérieure de prière et à donner la priorité à nos relations clés, y compris celles avec nos voisins. L'énorme défi a apporté de grandes opportunités relationnelles, à la fois humaines et divines.

Pour les familles - en particulier celles qui ont des enfants d'âge scolaire ou des personnes âgées confrontées à des problèmes de santé, voire à la mort - la difficulté est indéniable. Pourtant, les familles ont eu l'occasion de redécouvrir le foyer comme principal contexte de formation des disciples pour les enfants et les jeunes. Les ressources en ligne pour le culte familial et la formation de disciples se sont multipliées. De nouveaux moyens de communication et d'activité familiale ont été découverts.

Les églises et les leaders d'église ont été confrontés à d'énormes défis. Comment pouvons-nous nous connecter ou renforcer notre présence en ligne? Comment rester engagé en tant qu’assemblée tout en s'adressant à la communauté par de nouveaux moyens? Qu'adviendra-t-il de nos finances? Comment répondre aux diverses opinions concernant les restrictions liées à la COVID? S'agit-il d'une question de santé publique ou de liberté religieuse? Quand devrions-nous nous réunir et comment nous y préparer? Je rends hommage aux nombreux pasteurs, leaders d'église et membres d’assemblées qui ont abordé ces questions et d'autres encore.

Nous, les dirigeants locaux, de district, nationaux et internationaux, nous sommes constamment retrouvés au-delà des limites de notre propre compréhension. Comme nous sommes reconnaissants de la promesse de Jésus de ne jamais nous quitter ou nous abandonner! Dans la solitude et la communion, nous redécouvrons la simplicité - les « choses principales ». Il nous offre la sagesse pour ce qui compte si nous sommes disponibles pour entendre sa voix et lui faire confiance. Cette saison a été importante pour redécouvrir cela et pour se réaligner sur les objectifs de l'église et sa mission.

N'oublions pas les leçons tirées de la nouvelle saison dans laquelle nous nous engageons. Que ce soit en tant qu'individus, familles ou églises, je prie que nous retrouvions les principales pratiques et disciplines de la vie et du ministère de Jésus. Vivons le « Royaume normal » comme il l'a fait.

Notre Dieu tout-puissant, merci de nous rapprocher en des temps comme celui que nous vivons. Tu savais que nous allions rencontrer des moments difficiles, mais tu as toujours promis ta présence, ta compagnie, tes conseils et ta puissance. Avec la clarté donnée par ton Esprit, aide-nous à nous concentrer sur les « choses principales » du Royaume dans nos vies, nos familles et nos églises. Pour ta gloire. Amen.


  1. David R. Wells, Si Jésus… revisiter une question qui change la vie (Mississauga, ON: Les Assemblées de la Pentecôte du Canada, 2019), 62.

Cet article a été écrit par David Wells, surintendant général des Assemblées de la Pentecôte du Canada. Cet article a été publié dans l’édition d'automne 2020 de testimony/Enrich, la publication trimestrielle des Assemblées de la Pentecôte du Canada. ©2020 The Pentecostal Assemblies of Canada. Visitez www.testimonyenrich.ca.