Pâques : Vivant avec Christ

David Hazzard

Je suis reconnaissant d’être vivant!

De pouvoir me réveiller chaque matin avec la possibilité d’une nouvelle journée et de m’y élancer plein d’espoir  est un des plus grands plaisirs de la vie – sans oublier un peu de chocolat Toblerone! Mais je suis infiniment plus reconnaissant de me réveiller chaque jour pour expérimenter cette vérité : « Dieu est riche en compassion… nous qui étions morts en raison de nos fautes, il nous a rendus à la vie avec Christ… » Éphésiens 2.4-5

Je suis reconnaissant d’être vivant avec Christ!

C’est la saison de Pâques. Les chants que nous chantons et les sermons que nous entendons sont tous là pour nous rappeler la résurrection de Jésus, vérité fondamentale non seulement de Pâques, mais aussi de tout le christianisme. Paul l’exprime très clairement dans 1 Corinthiens 15.14 : « Et si Christ n’est pas ressuscité, alors notre prédication est vide, et votre foi aussi ». C’est ainsi que, cette année encore, les chrétiens déclarent joyeusement à Pâques : « Il est ressuscité! »

C’est une déclaration importante car le message de la résurrection affirme non seulement Dieu a ramené Jésus de la mort à la vie, mais qu’il l’a fait pour nous aussi. Nous sommes revenus de la mort à cause de nos transgressions à une vie nouvelle avec Christ. Comme le disait un pasteur, Jésus n’est pas mort et ressuscité pour rendre des gens tristes heureux, ni pour que des gens mauvais deviennent bons, mais pour ramener des morts à la vie. La plus grande affirmation de Pâques n’est pas dans les chants que je chante ni dans les sermons que je prêche mais dans la vie que je vis – le simple fait d’être vivant avec Christ.

Être vivant avec Christ est un terme qu’on entend souvent lors des funérailles d’un croyant. Nous croyons que, comme le dit Paul dans 2 Corinthiens 5.8, « être absent du corps (par la mort) c’est être à la maison (présent) avec le Seigneur ». Mais nous croyons aussi qu’être vivant avec le Seigneur a tout à voir avec notre vie présente.

Être vivant avec Christ change toute la donne. Cela signifie que nous sommes vivants avec lui dans sa justice, ses desseins et même dans ses souffrances. Cette vérité change en fait toute la vie. Être vivant avec Christ signifie être un avec lui dans son identité. En tant que chrétiens, nous cherchons à imiter la nature et le caractère de Christ. Nous ne pouvons le faire qu’en nous revêtant de son identité. Comme le disait C. S. Lewis, « chaque chrétien doit devenir un petit Christ. Devenir un chrétien n’a pas d’autre but[1] ».

« La plus grande affirmation de Pâques n’est pas dans les chants que je chante ni dans les sermons que je prêche mais dans la vie que je vis – le simple fait d’être vivant avec Christ. »

Nous les humains occupons des corps physiques, mais nous sommes infiniment plus que cela. Être avec Christ signifie avoir été rétablis dans notre rôle de porteurs de l’image de Dieu lui-même. Cette vérité affecte profondément comment nous nous percevons nous-mêmes dans notre identité. Notre identité est inséparablement liée à ce qu’il est, à son identité. Si nous faisons bel et bien partie de familles humaines, et par extension de cultures humaines, être avec Christ signifie que nous nous identifions tout d’abord comme membres de la famille de Dieu, avec Christ comme frère aîné. Baser notre identité sur quelque autre facteur tel que la culture, la race, la profession, le niveau économique ou la politique revient à nous exposer à une crise. Être pleinement vivant en Christ est l’antidote à toute crise identitaire.

Une dernière pensée sur l’identité. Il devient très courant dans certaines régions du monde de voir des personnes s’identifier sur la base de leur sexualité telle qu’elles la perçoivent. En juin dernier, la Commission de la ville de New-York sur les droits humains a dressé une liste de 31 identités de genres différentes dans une publication sur la discrimination[2]. Ce chiffre va probablement augmenter encore alors que des personnes continuent d’auto-définir leur gendre.

En tant que disciples de Jésus, nous reconnaissons et apprécions le don de la sexualité. Nous sommes conscients que nous sommes des êtres sexués. Mais nous reconnaissons aussi que nous sommes bien plus que cela. Quand nous sommes vivants en Christ, notre identité profonde n’est pas établie en fonction de nos impulsions intérieures ni de nos catégories culturelles. Elle est établie par le fait que nous embrassons le message profond de Pâques et lorsque nous permettons à l’Esprit de nous rendre capables de vivre pleinement notre identité réelle.

Puissions-nous dire d’un même accord avec Paul : «  J'ai été crucifié avec Christ; ce n'est plus moi qui vis, c'est Christ qui vit en moi; et ce que je vis maintenant dans mon corps, je le vis dans la foi au Fils de Dieu qui m'a aimé et qui s'est donné lui-même pour moi » (Galates 2.20). 

Joyeuses Pâques! Oui, il est ressuscité – et nous sommes vivants avec lui!

 


 

 

[1] C. S. Lewis, Les fondements du christianisme.

 

[2] Gender Identity Expression, NYC Commission on Human Rights, https://www1.nyc.gov/assets/cchr/downloads/pdf/publications/GenderID_Card2015.pdf.

 

Cet article a été écrit par David Hazzard, secrétaire-trésorier général des Assemblées de la Pentecôte du Canada. Cet article est paru dans le numéro de mars/avril 2017 de testimony, publication bimestrielle des Assemblées de la Pentecôte du Canada. ©2017 The Pentecostal Assemblies of Canada. Visitez www.testimonymag.ca.

Vidéos à la une

Pâques : Vivant avec Christ

David Hazzard

Je suis reconnaissant d’être vivant!

De pouvoir me réveiller chaque matin avec la possibilité d’une nouvelle journée et de m’y élancer plein d’espoir  est un des plus grands plaisirs de la vie – sans oublier un peu de chocolat Toblerone! Mais je suis infiniment plus reconnaissant de me réveiller chaque jour pour expérimenter cette vérité : « Dieu est riche en compassion… nous qui étions morts en raison de nos fautes, il nous a rendus à la vie avec Christ… » Éphésiens 2.4-5

Je suis reconnaissant d’être vivant avec Christ!

C’est la saison de Pâques. Les chants que nous chantons et les sermons que nous entendons sont tous là pour nous rappeler la résurrection de Jésus, vérité fondamentale non seulement de Pâques, mais aussi de tout le christianisme. Paul l’exprime très clairement dans 1 Corinthiens 15.14 : « Et si Christ n’est pas ressuscité, alors notre prédication est vide, et votre foi aussi ». C’est ainsi que, cette année encore, les chrétiens déclarent joyeusement à Pâques : « Il est ressuscité! »

C’est une déclaration importante car le message de la résurrection affirme non seulement Dieu a ramené Jésus de la mort à la vie, mais qu’il l’a fait pour nous aussi. Nous sommes revenus de la mort à cause de nos transgressions à une vie nouvelle avec Christ. Comme le disait un pasteur, Jésus n’est pas mort et ressuscité pour rendre des gens tristes heureux, ni pour que des gens mauvais deviennent bons, mais pour ramener des morts à la vie. La plus grande affirmation de Pâques n’est pas dans les chants que je chante ni dans les sermons que je prêche mais dans la vie que je vis – le simple fait d’être vivant avec Christ.

Être vivant avec Christ est un terme qu’on entend souvent lors des funérailles d’un croyant. Nous croyons que, comme le dit Paul dans 2 Corinthiens 5.8, « être absent du corps (par la mort) c’est être à la maison (présent) avec le Seigneur ». Mais nous croyons aussi qu’être vivant avec le Seigneur a tout à voir avec notre vie présente.

Être vivant avec Christ change toute la donne. Cela signifie que nous sommes vivants avec lui dans sa justice, ses desseins et même dans ses souffrances. Cette vérité change en fait toute la vie. Être vivant avec Christ signifie être un avec lui dans son identité. En tant que chrétiens, nous cherchons à imiter la nature et le caractère de Christ. Nous ne pouvons le faire qu’en nous revêtant de son identité. Comme le disait C. S. Lewis, « chaque chrétien doit devenir un petit Christ. Devenir un chrétien n’a pas d’autre but[1] ».

« La plus grande affirmation de Pâques n’est pas dans les chants que je chante ni dans les sermons que je prêche mais dans la vie que je vis – le simple fait d’être vivant avec Christ. »

Nous les humains occupons des corps physiques, mais nous sommes infiniment plus que cela. Être avec Christ signifie avoir été rétablis dans notre rôle de porteurs de l’image de Dieu lui-même. Cette vérité affecte profondément comment nous nous percevons nous-mêmes dans notre identité. Notre identité est inséparablement liée à ce qu’il est, à son identité. Si nous faisons bel et bien partie de familles humaines, et par extension de cultures humaines, être avec Christ signifie que nous nous identifions tout d’abord comme membres de la famille de Dieu, avec Christ comme frère aîné. Baser notre identité sur quelque autre facteur tel que la culture, la race, la profession, le niveau économique ou la politique revient à nous exposer à une crise. Être pleinement vivant en Christ est l’antidote à toute crise identitaire.

Une dernière pensée sur l’identité. Il devient très courant dans certaines régions du monde de voir des personnes s’identifier sur la base de leur sexualité telle qu’elles la perçoivent. En juin dernier, la Commission de la ville de New-York sur les droits humains a dressé une liste de 31 identités de genres différentes dans une publication sur la discrimination[2]. Ce chiffre va probablement augmenter encore alors que des personnes continuent d’auto-définir leur gendre.

En tant que disciples de Jésus, nous reconnaissons et apprécions le don de la sexualité. Nous sommes conscients que nous sommes des êtres sexués. Mais nous reconnaissons aussi que nous sommes bien plus que cela. Quand nous sommes vivants en Christ, notre identité profonde n’est pas établie en fonction de nos impulsions intérieures ni de nos catégories culturelles. Elle est établie par le fait que nous embrassons le message profond de Pâques et lorsque nous permettons à l’Esprit de nous rendre capables de vivre pleinement notre identité réelle.

Puissions-nous dire d’un même accord avec Paul : «  J'ai été crucifié avec Christ; ce n'est plus moi qui vis, c'est Christ qui vit en moi; et ce que je vis maintenant dans mon corps, je le vis dans la foi au Fils de Dieu qui m'a aimé et qui s'est donné lui-même pour moi » (Galates 2.20). 

Joyeuses Pâques! Oui, il est ressuscité – et nous sommes vivants avec lui!

 


 

 

[1] C. S. Lewis, Les fondements du christianisme.

 

[2] Gender Identity Expression, NYC Commission on Human Rights, https://www1.nyc.gov/assets/cchr/downloads/pdf/publications/GenderID_Card2015.pdf.

 

Cet article a été écrit par David Hazzard, secrétaire-trésorier général des Assemblées de la Pentecôte du Canada. Cet article est paru dans le numéro de mars/avril 2017 de testimony, publication bimestrielle des Assemblées de la Pentecôte du Canada. ©2017 The Pentecostal Assemblies of Canada. Visitez www.testimonymag.ca.