Les bases d'une relation

C’était une discussion informelle avec quelqu’un qui m’était relativement étranger, mais qui a rapidement tourné vers un sujet que j’ai du mal à discuter avec les gens sur une base régulière.

« Je parlais avec une amie, me dit-il, et elle me dit : S’il y a un Dieu, comment peut-il permettre ce qui se passe en ce moment dans ma vie? C’est vraiment insupportable. »

Puis, cette personne a partagé un élément de réponse que l’on n’entend pas souvent dans la culture d’aujourd’hui : « Je lui ai dit que j’ai moi aussi vécu bien des événements tragiques ces dernières années, et que j’ai appris que, si je le leur permets, ils peuvent contribuer à faire de moi la personne que je veux être. »

Un prédicateur n’aurait pas su mieux le dire.

Il s’ensuivit une discussion sur les paroles de Paul dans Romains 8, concernant notre raison d’être. Nous avons alors parlé de ce que signifie « devenir conformes à l’image de son Fils » (v. 29) et comment nous et toute la création soupirons après le jour où Dieu rétablira toutes choses (v. 22-25). Nous en avons conclu que, lorsque nous sommes confrontés aux défis de la vie, nous devons constamment nous souvenir de la motivation première de Dieu : son amour pour nous (v. 35-39).

J’ai souvent ce genre de conversation. Quand les gens demandent « Pourquoi Dieu n’a-t-il pas empêché cela? » ou « Pourquoi Dieu a-t-il permis ceci? », ils remettent inévitablement en question le fondement même de la relation de Dieu avec l’humanité. Mais sur quelle base repose-t-elle?

Je pense parfois que les choses auraient été plus simples si Dieu avait choisi une autre forme de relation avec nous qu’une relation basée sur l’amour. Pour ceux d’entre nous qui croyons en Dieu tel qu’il est révélé dans la Bible, nous savons qu’il est tout-puissant. Il est clair qu’il aurait pu décider dès le premier jour d’utiliser son pouvoir pour contrôler sa création. Imaginez une relation robotique où la volonté du Créateur est accomplie par le fait que nous sommes entièrement contrôlés par lui. Si Dieu avait choisi d’avoir ce type de relation avec nous, nous n’aurions jamais connu la guerre, l’injustice, la maladie ni les relations brisées. Mais nous n’aurions pas davantage goûté une relation empreinte d’amour, de don de soi, d’adoration, pas plus qu’aucune relation humaine profonde et authentique.

Mais dans sa sagesse infinie, Dieu nous a donné la capacité de choisir. Il ne contrôle pas nos vies de façon à garantir des résultats idéaux. Il nous invite plutôt à expérimenter une relation d’amour avec lui et les uns avec les autres. Bien sûr, cela signifie que nous avons la capacité de choisir autre chose. Dieu nous a créés afin que nous discernions le bien du mal. Nous avons l’opportunité, sur la base de nos choix, de connaître des moments significatifs avec lui et les autres, mais aussi de connaître les profondeurs de la douleur, de la haine et de la dépravation.

"La solution consiste à courir vers dieu et non loin de lui."

Tout au long de l’histoire, la réponse positive des humains à l’invitation de leur Créateur à vivre dans l’amour a donné lieu à de nombreuses expressions de beauté, à des actes de services et à des relations caractérisées par l’amour. Beaucoup d’entre nous connaissons la joie de la présence de Dieu et le plaisir d’avoir une bonne relation avec lui. Nous avons aussi goûté la puissance de Dieu qui peut guérir les relations humaines et les rendre pleines d’amour, tel qu’il l’a toujours désiré pour nous.

Hélas, le rejet de l’invitation de Dieu par l’humanité a mené à sa séparation d’avec Dieu et les uns avec les autres. Il en a résulté un comportement destructif et les résultats tragiques que nous connaissons trop bien. À la nouvelle d’un autre désastre naturel, d’une tuerie insensée ou d’un massacre terroriste, beaucoup secouent la tête tant ils sont perplexes. Et les questions du genre « Dieu, pourquoi? » ne cessent resurgir.

La solution consiste à courir vers Dieu et non loin de lui. De laisser son amour et sa puissance nous toucher au plus profond de notre être. Nous cherchons alors à aimer nos prochains, même quand ils sont nos ennemis. Comme notre Seigneur le fit, nous surmontons le mal par le bien. Nous choisissons la voie de l’amour et non de la coercition ou de la force. Nous menons une vie qui exprime sa justice, son équité et sa miséricorde.

Par sa grande puissance, Dieu agit à travers toutes choses pour nous attirer vers une relation profonde avec lui, faite d’amour et de confiance. Tout au long des Écritures, il appelle l’humanité à répondre à son amour de son plein gré. Je vous invite à prier comme suit et à méditer les versets suivants de Romains 8.

Dieu, notre Créateur, nous te remercions d’avoir choisi d’entretenir avec nous une relation d’amour plutôt que par un contrôle forcé et contraint. Alors même que nous gémissons, nous nous appuyons sur ton amour et tes desseins envers nous. Pour ta gloire, amen.

« Que dirons-nous donc à ce sujet? Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous? Lui qui n’a pas épargné son propre Fils, mais qui l’a livré pour nous tous, comment ne nous donnera-t-il pas aussi tout avec lui, par grâce? Qui accusera les élus de Dieu? Dieu est celui qui justifie! Qui les condamnera? Le Christ Jésus est celui qui est mort ; bien plus, il est ressuscité, il est à la droite de Dieu, et il intercède pour nous! Qui nous séparera de l’amour de Christ? La tribulation, ou l’angoisse, ou la persécution, ou la faim, ou le dénuement, ou le péril, ou l’épée? Selon qu’il est écrit :

À cause de toi, l’on nous met à mort tout le jour.

On nous considère comme des brebis qu’on égorge. Mais dans toutes ces choses, nous sommes plus que vainqueurs par celui qui nous a aimés. Car je suis persuadé que ni la mort, ni la vie, ni les anges, ni les dominations, ni le présent, ni l’avenir, ni les puissances, ni les êtres d’en-haut, ni ceux d’en-bas, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu en Christ-Jésus notre Seigneur. » Romains 8.31-39.

Cet article a été écrit par David Wells, Surintendant général des Assemblées de la Pentecôte du Canada. Cet article est paru dans le numéro de testimony de mars/avril 2015, la publication bimensuelle des Assemblées de la Pentecôte du Canada. © 2015 Les Assemblées de la Pentecôte du Canada. Visitez (en anglais) www.testimonymag.ca.

Vidéos à la une

Les bases d'une relation

C’était une discussion informelle avec quelqu’un qui m’était relativement étranger, mais qui a rapidement tourné vers un sujet que j’ai du mal à discuter avec les gens sur une base régulière.

« Je parlais avec une amie, me dit-il, et elle me dit : S’il y a un Dieu, comment peut-il permettre ce qui se passe en ce moment dans ma vie? C’est vraiment insupportable. »

Puis, cette personne a partagé un élément de réponse que l’on n’entend pas souvent dans la culture d’aujourd’hui : « Je lui ai dit que j’ai moi aussi vécu bien des événements tragiques ces dernières années, et que j’ai appris que, si je le leur permets, ils peuvent contribuer à faire de moi la personne que je veux être. »

Un prédicateur n’aurait pas su mieux le dire.

Il s’ensuivit une discussion sur les paroles de Paul dans Romains 8, concernant notre raison d’être. Nous avons alors parlé de ce que signifie « devenir conformes à l’image de son Fils » (v. 29) et comment nous et toute la création soupirons après le jour où Dieu rétablira toutes choses (v. 22-25). Nous en avons conclu que, lorsque nous sommes confrontés aux défis de la vie, nous devons constamment nous souvenir de la motivation première de Dieu : son amour pour nous (v. 35-39).

J’ai souvent ce genre de conversation. Quand les gens demandent « Pourquoi Dieu n’a-t-il pas empêché cela? » ou « Pourquoi Dieu a-t-il permis ceci? », ils remettent inévitablement en question le fondement même de la relation de Dieu avec l’humanité. Mais sur quelle base repose-t-elle?

Je pense parfois que les choses auraient été plus simples si Dieu avait choisi une autre forme de relation avec nous qu’une relation basée sur l’amour. Pour ceux d’entre nous qui croyons en Dieu tel qu’il est révélé dans la Bible, nous savons qu’il est tout-puissant. Il est clair qu’il aurait pu décider dès le premier jour d’utiliser son pouvoir pour contrôler sa création. Imaginez une relation robotique où la volonté du Créateur est accomplie par le fait que nous sommes entièrement contrôlés par lui. Si Dieu avait choisi d’avoir ce type de relation avec nous, nous n’aurions jamais connu la guerre, l’injustice, la maladie ni les relations brisées. Mais nous n’aurions pas davantage goûté une relation empreinte d’amour, de don de soi, d’adoration, pas plus qu’aucune relation humaine profonde et authentique.

Mais dans sa sagesse infinie, Dieu nous a donné la capacité de choisir. Il ne contrôle pas nos vies de façon à garantir des résultats idéaux. Il nous invite plutôt à expérimenter une relation d’amour avec lui et les uns avec les autres. Bien sûr, cela signifie que nous avons la capacité de choisir autre chose. Dieu nous a créés afin que nous discernions le bien du mal. Nous avons l’opportunité, sur la base de nos choix, de connaître des moments significatifs avec lui et les autres, mais aussi de connaître les profondeurs de la douleur, de la haine et de la dépravation.

"La solution consiste à courir vers dieu et non loin de lui."

Tout au long de l’histoire, la réponse positive des humains à l’invitation de leur Créateur à vivre dans l’amour a donné lieu à de nombreuses expressions de beauté, à des actes de services et à des relations caractérisées par l’amour. Beaucoup d’entre nous connaissons la joie de la présence de Dieu et le plaisir d’avoir une bonne relation avec lui. Nous avons aussi goûté la puissance de Dieu qui peut guérir les relations humaines et les rendre pleines d’amour, tel qu’il l’a toujours désiré pour nous.

Hélas, le rejet de l’invitation de Dieu par l’humanité a mené à sa séparation d’avec Dieu et les uns avec les autres. Il en a résulté un comportement destructif et les résultats tragiques que nous connaissons trop bien. À la nouvelle d’un autre désastre naturel, d’une tuerie insensée ou d’un massacre terroriste, beaucoup secouent la tête tant ils sont perplexes. Et les questions du genre « Dieu, pourquoi? » ne cessent resurgir.

La solution consiste à courir vers Dieu et non loin de lui. De laisser son amour et sa puissance nous toucher au plus profond de notre être. Nous cherchons alors à aimer nos prochains, même quand ils sont nos ennemis. Comme notre Seigneur le fit, nous surmontons le mal par le bien. Nous choisissons la voie de l’amour et non de la coercition ou de la force. Nous menons une vie qui exprime sa justice, son équité et sa miséricorde.

Par sa grande puissance, Dieu agit à travers toutes choses pour nous attirer vers une relation profonde avec lui, faite d’amour et de confiance. Tout au long des Écritures, il appelle l’humanité à répondre à son amour de son plein gré. Je vous invite à prier comme suit et à méditer les versets suivants de Romains 8.

Dieu, notre Créateur, nous te remercions d’avoir choisi d’entretenir avec nous une relation d’amour plutôt que par un contrôle forcé et contraint. Alors même que nous gémissons, nous nous appuyons sur ton amour et tes desseins envers nous. Pour ta gloire, amen.

« Que dirons-nous donc à ce sujet? Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous? Lui qui n’a pas épargné son propre Fils, mais qui l’a livré pour nous tous, comment ne nous donnera-t-il pas aussi tout avec lui, par grâce? Qui accusera les élus de Dieu? Dieu est celui qui justifie! Qui les condamnera? Le Christ Jésus est celui qui est mort ; bien plus, il est ressuscité, il est à la droite de Dieu, et il intercède pour nous! Qui nous séparera de l’amour de Christ? La tribulation, ou l’angoisse, ou la persécution, ou la faim, ou le dénuement, ou le péril, ou l’épée? Selon qu’il est écrit :

À cause de toi, l’on nous met à mort tout le jour.

On nous considère comme des brebis qu’on égorge. Mais dans toutes ces choses, nous sommes plus que vainqueurs par celui qui nous a aimés. Car je suis persuadé que ni la mort, ni la vie, ni les anges, ni les dominations, ni le présent, ni l’avenir, ni les puissances, ni les êtres d’en-haut, ni ceux d’en-bas, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu en Christ-Jésus notre Seigneur. » Romains 8.31-39.

Cet article a été écrit par David Wells, Surintendant général des Assemblées de la Pentecôte du Canada. Cet article est paru dans le numéro de testimony de mars/avril 2015, la publication bimensuelle des Assemblées de la Pentecôte du Canada. © 2015 Les Assemblées de la Pentecôte du Canada. Visitez (en anglais) www.testimonymag.ca.