C'est une bonne nouvelle! Un témoignage du Yorkton DreamCentre

Photo of Yorkton Dream Centre.

Dans Marc 9, Jésus dit à ses disciples : « Celui qui accueille en mon nom un de ces petits enfants, c’est moi-même qu’il accueille, et celui qui m’accueille, ce n’est pas moi qu’il accueille, mais celui qui m’a envoyé. » (Marc 9.37, SG21).

Le Yorkton DreamCentre à Yorkton, en Saskatchewan, est une église qui prend au sérieux l’appel à accueillir les enfants. L’église se concentre sur la fenêtre 4-14, c’est-à-dire sur les enfants et les jeunes âgés de 4 à 14 ans. C’est principalement par le biais du DreamLand, une aire de jeux intérieure, que l’église DreamCentre accueille ce groupe d’âge. Équipé de structures gonflables géantes, de structures d’escalade et de jouets à enfourcher, le DreamLand est un havre de paix pour les familles de la communauté.

Bien qu’il n’ait ouvert ses portes qu’en 2015, le DreamCentre est le prolongement de décennies de présence des APDC à Yorkton. Ce modèle unique d’« église » est né de ce qui semblait être au départ un échec.

« Le ministère des APDC à Yorkton a un long et fructueux passé », peut-on lire sur le blogue du DreamCentre. « Pourtant, il n’a pas été en mesure de s’autofinancer et l’œuvre a été fermée en 2011 après 60 ans à Yorkton. »

En 2013, le pasteur Kevin et Rachelle Sawatsky se sont installés à Yorkton pour relancer l’église. Auparavant, le couple avait servi à Lanigan, en Saskatchewan, où ils avaient déjà créé une aire de jeux intérieure en collaboration avec l’église LifePoint. Forts de cette expérience et de leur passion pour atteindre la génération émergente, ils ont déménagé à Yorkton.

En août 2014, une installation qui pouvait être utilisée principalement comme une aire de jeux intérieure a été trouvée et achetée. Six mois plus tard, en février 2015, l’église a tenu sa première réunion et le DreamLand a ouvert ses portes.

« La première année, plus de 3 000 personnes ont franchi nos portes », se souvient le pasteur Kevin. « Les années suivantes, nous avons eu près de 5 000 visiteurs. Nous avons accueilli 170 fêtes d’anniversaire par année. Nous avons sous-estimé sa popularité. »

Cet élan s’est arrêté net lorsque le DreamLand a dû fermer pendant la pandémie. La longue fermeture a été un défi, car les dons du DreamLand permettaient au ministère de l’église de continuer. En mars 2022, le DreamLand a rouvert ses portes et dès les deux premières semaines, des centaines de visites ont été enregistrées, dont 90 enfants en un seul samedi. Ce sont souvent ces enfants qui encouragent leurs parents à assister aux réunions du dimanche.

« Presque tous ceux qui fréquentent notre église sont entrés par la porte du DreamLand », explique le pasteur Kevin. « Les gens disent : “Qu’est-ce que c’est que cet endroit?”. Nous leur disons que c’est une église, et ils répondent : “Eh bien, je n’ai jamais vu une église comme ça!” »

Lors de son inauguration en 2015, l’assemblée du DreamCentre était essentiellement composée de la famille Sawatsky et de quelques autres personnes. Aujourd’hui, elle compte 40 à 60 personnes. La grande majorité des membres de l’assemblée du DreamCentre sont de nouveaux croyants ou ont récemment renoué avec la foi, et la moitié des membres de l’assemblée ont moins de sept ans. Ces facteurs peuvent représenter un défi pour une église typique. Les enfants grimpent sur des structures de jeu à l’arrière, se baladent sur des jouets à enfourcher immédiatement après la réunion, et des instruments de musique jouets sont mis à leur disposition pour les encourager à participer au culte.

Il y a eu de nombreuses surprises en cours de route. Ce sont parfois des non-croyants qui recommandent l’église aux gens de la communauté, et ceux-ci considèrent le pasteur Kevin comme « leur » pasteur. On constate également une recrudescence du groupe des 55 ans et plus dans l’église. Perplexe, le pasteur Kevin a demandé à une femme de 87 ans pourquoi elle fréquentait une église aussi bruyante et chaotique; elle a répondu qu’elle aimait la vie dans l’église, qu’elle aimait y voir des familles et des enfants. Ces aînés jouent un rôle important, car ils se tiennent aux côtés des jeunes familles en tant que parents et grands-parents spirituels.

« Nous sommes engagés envers les enfants », déclare le pasteur Kevin. « Si nous pouvons inculquer à ces enfants un esprit missionnaire et leur faire découvrir le Saint-Esprit, ils seront mon prochain groupe de jeunes. C’est notre prochaine génération de leaders mondiaux. Qui prépare la prochaine génération de missionnaires et d’implanteurs d’églises? Si vous n’avez pas d’enfants qui viennent à votre église, vous êtes déjà mort, mais vous ne le savez pas encore. »

#Cestunebonnenouvelle #Bonnenouvelle Fenêtre4-14

Photos offertes par le Yorkton DreamCentre.

Dreamland 2

_____________________________________________________________

Pour visionner les témoignages « C’est une bonne nouvelle » précédemment postés, cliquez ici.

Pour visionner ou télécharger les vidéos « C’est une bonne nouvelle » postées, visitez www.paoc.org/fr/le-cercle.