Un À Un entretien avec Jeremy et Teresa Feller


 

Jeremy et Teresa servent en Éthiopie depuis 2003. Ils ont commencé leur travail en formant des implanteurs d’églises et de jeunes leaders. Ils ont à coeur les peuples d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient et aiment voir Christ transformer des vies. Jeremy a récemment été nommé directeur régional des APDC pour l’Afrique. Teresa et Jeremy ont trois enfants. Timothée, Béthanie et Zoé apportent joie, aventure et éclat dans leur vie.


A photo of the Feller family.

Quand vous étiez enfants, que vouliez-vous être quand vous seriez adultes?

Jeremy : Depuis l’âge de six ans environ, j’ai toujours voulu être missionnaire. J’ai ressenti l’appel alors même que j’étais petit garçon fréquentant l’église Central Tabernacle à Edmonton. Mark Buntain y parlait de son oeuvre en Inde et je savais que je voulais être comme lui quand je serais grand.

Teresa : Je savais aussi que je serais missionnaire.

Voyez-vous votre raison d'être davantage comme une voyageur en chemin ou comme un guide qui aide les autres à goûter tout ce que la vie a à leur offrir?

Jeremy : Ni l’un ni l’autre. Je chemine en vue de devenir semblable à l’image de Christ, et par la grâce de Dieu, j’espère guider les autres vers cette même relation et intimité. Je suis en marche. Je prends part à cette aventure. Et oui, j’aide et je forme les autres afin qu’ils prennent part à cette aventure.

Teresa : Je suis d’accord avec Jeremy. Ce n’est ni l’un ni l’autre mais plutôt les deux à la fois.

Si vous écriviez un livre, de quoi parlerait-il?

Teresa : Je pense que si j’écrivais un jour un livre, il aurait pour titre Mémoires d’une enfant de missionnaire.

Jeremy : J’en écrirais probablement deux. J’ai deux passions qui ressortent quand je fais une recherche ou que j’écris. L’une concerne la formation de disciples et la croissance spirituelle, en particulier dans la vie de pasteurs et de leaders dans un contexte interculturel. Et l’autre serait sur la formation de disciples dans le monde musulman. Ce serait surtout un survol de la façon dont Dieu agit et certaines des choses que nous le voyons faire dans la vie de nos amis.

Qu'est-ce qui vous insuffle de l'énergie?

Jeremy : De l’énergie? Il y a deux ou trois choses. J’aime marcher et courir le matin et j’aime aussi écouter des  livres audio. Après avoir écouté un ou deux chapitres d’un livre, je suis intellectuellement stimulé. J’apprécie aussi de passer du temps avec notre assemblée locale. Quelques familles d’ici nous sont vraiment très proches. Le simple fait de m’asseoir avec elles, d’échanger et de discuter de tout ce qui concerne la vie m’énergise.

Teresa : Louer Dieu, chanter et jouer du piano est bon pour mon bien-être. Organiser, dresser des listes et planifier m’énergise. Et spirituellement, comme tu le disais, être capable d’aller à l’église le dimanche et de fraterniser avec notre assemblée locale m’énergise pour la semaine qui suit et m’aide à faire face au vent de folie que je dois affronter dans mon quotidien.

Décrivez une bonne journée. Que faites-vous qui la rende si spéciale?

Jeremy : Une bonne journée commence par une bonne matinée – de l’exercice et des moments de calme. Passer une bonne journée, c’est avoir du temps en famille le samedi. Nous partageons ce temps avec des amis proches. Ils viennent bruncher et nous préparons une grande omelette et des pancakes. Notre record est de 400 pancakes en un seul samedi! Un jour, nous avons préparé 78 oeufs brouillés!

Teresa : Pour moi, une bonne journée, c’est quand Jeremy est à la maison, qu’il se lève de bonne heure et prépare le déjeûner pour moi et les enfants; cela me donne quelques minutes de plus pour moi-même. J’aime ça! J’aime avoir une journée où l’on ne court pas à l’école, sans faire ceci et cela, et où nous avons un peu de temps pour jouer avec les enfants et jouir d’un bon repas en famille. C’est cela, pour moi, une bonne journée.


« Aujourd’hui, Dieu nous appelle à être des ambassadeurs auprès de 3,1 milliards de personnes qui n’ont jamais entendu [parler de Jésus]. Nous avons aujourd’hui l’opportunité de le faire. Répondrez-vous présent? Il n’y a pas de meilleur endroit où se trouver que dans l’obéissance à l’appel de Dieu. »

 

Jeremy Feller, Congrès général 2018



En ce qui concerne votre service pour la mission de Dieu, considérez-vous qu'il s'agit d'une choix de carrière ou d'une appel divin?

Jeremy : Je crois que c’est un appel divin, mais il se trouve que pour moi, c’est en quelque sorte aussi une carrière.

Teresa : Nous nous sommes sentis tous les deux appelés one.paoc.org 13 par Dieu à le servir, donc oui, c’est un appel divin. Mais depuis 19 ans que nous vivons en Éthiopie, c’est devenu notre carrière à la maison.

Y-a-t il un texte biblique qui a un sens tout particulier ou qui vous encourage en chemin?

Jeremy : Pour moi, ce serait Proverbes 3.5-6 depuis l’époque du secondaire : « Confie-toi en l’Éternel de tout ton coeur ». Ce verset nous correspond bien, d’autant plus que nous n’avons jamais eu de racines et que nous sommes toujours sur la route; il nous faut être flexibles. Faire confiance au Seigneur de tout notre coeur est devenu un principe constant pour ma famille.

Teresa : Quant à moi, il me semble que j’adopte un verset pour chaque saison et pour ce que je vis au moment présent. En ce moment, je suis dans les Psaumes. Psaume 4.8 déclare : « Je me couche et aussitôt je m’endors en paix, car c’est toi seul, Éternel, qui me donnes la sécurité dans ma demeure. »

Juste des enfants



Qui serait le plus capable d'escalader le Kilimandjaro? Ton papa ou ta maman? Pourqoui?

Tous : Papa!

Zoe : Parce qu’il est plus gros que maman!

Que fait ta maman pour gagner sa vie?

Timothy : Elle nous donne du chocolat.

Bethany : Elle est professeure.

Et ton papa?

Zoe : Il travaille au bureau.

Bethany : Il prêche………

Timothy : Et il court. Il fait des oeufs et des pancakes et de l’exercice.

Qu'est ce-ce que vous avez hâte de quand vous vous réveillez le matin?

Tous : Jouer!

Timothy : J’aime les voitures et les camions télécommandés!

Bethany : J’aime jouer au soccer!

Zoe : J’aime jouer avec Dolly et faire du vélo.

Raconte-nous un souvenir qui te rend heureux?

Timothy : Faire de l’auto-tamponneuse au centre d’achat.

Bethany : Aller acheter de la crème glacée! Ma préférée – celle au chocolat à la menthe.

Zoe : Ma crème glacée préférée est celle à la fraise et au chocolat.


Où aimerais-tu partir en voyage? Comment est-ce que tu t'y rendrais?

Timothy : Au Kenya et au Canada. Au Kenya, j’aime donner à manger aux poissons. J’aime aller au Canada parce que j’aime rencontrer mes cousins et jouer avec eux.

Bethany : Au Canada. J’aime nager dans la piscine.

Zoe : En Amérique! Et au Kenya! Je peux voir Hazel.

Si tu pouvais inventer un nouveau jour de vacance, ce serait pour quoi?

Timothy : Un jour de vacance costumé! Je voudrais m’habiller comme Batman.

Zoe : Ironman est mon super-héros préféré

Partage une chose à ton sujet que tu veux dire aux gens au Canada.

Zoe : Je suis curieuse!

Timothy : J’aime les trains.

Bethany : Je suis généreuse et j’aime les maths.

As-tu un verset biblique préféré?

Timothy : « Reçois favorablement les paroles de ma bouche et les sentiments de mon coeur, O Éternel, mon rocher et mon rédempteur! » (Psaume 19.13)

Bethany : « Du reste, ce qu’on demande des serviteurs, c’est que chacun soit trouvé fidèle. » (1 Corinthiens 4.2)

 


Prions pour les enfants de nos envoyés


Priez pour les enfants de missionnaires comme vous le faites pour votre propre famille.

 

Demandez à Dieu de… :

  1. les aider dans leur marche chrétienne et de les guider dans leur croissance spirituelle.
  2. de les protéger dans leurs déplacements ainsi que de les garder en bonne santé.
  3. de les orienter dans leur scolarité et leurs études afin qu’ils acquièrent une bonne éducation.
  4. de veiller sur eux dans leurs choix de vie et de leur donner des amitiés significatives.

En Éthiopie, l’église vit une formidable moisson. Elle a constamment un impact sur de nouveaux groupes ethniques et atteint les plus grandes communautés religieuses d’Éthiopie. L’église éthiopienne est une force croissante pour les missions en vue d’un impact dans le monde.

Quelques faits sur l’ Ethiopie :

 

1983

  • ERDO intervient face à une famine massive due à la sècheresse.
  • Don Raymer, Directeur exécutif de ERDO et Gerald Morrison, Directeur pour l’Afrique, développent de solides partenariats en Éthiopie.

1992

  • Dieu appelle les Rutten de la Zambie à l’Éthiopie où ils seront le premier couple APDC envoyé dans ce pays.
  • L’accent est fortement mis sur la formation, l’implantation d’églises dans toutes les régions du pays et l’évangélisation des principales religions de l’Éthiopie et de la région.
  • ChildCARE Plus est établi.

2003

  • Jeremy & Teresa Feller sont appelés à rejoindre les parents de Teresa.
  • Ils s’impliquent dans tous les aspects de l’oeuvre dont la formation de jeunes leaders afin qu’ils deviennent des implanteurs d’église.

2004-2018

  • Des milliers d’églises ont été implantées et continuent de l’être. L’évangile a un impact dans pratiquement tous les aspects de la vie du pays.

Aujourd'hui

  • À cause de tout un historique de guerre, de famine et de soulèvements politiques, des millions d’Éthiopiens se sont établis dans divers pays du monde dont certains résistent à l’évangile. Ils sont efficaces dans leur témoignage de Christ dans ces divers pays.