Session plénière #1 avec le Dr Chris Thomas - Retrouver nos racines des débuts

dr-chris-thomas-at-gc2016

Dr. Chris Thomas (droite) traduit par Dominic Kibale. Photos by Leslie Ghag. © 2016 Les Assemblées de la Pentecôte du Canada

Le Dr Thomas nous a encouragés en tant que Fraternité à revenir aux pratiques et aux principes fondamentaux de notre identité pentecôtiste – retrouver nos racines du début. Voici quelques extraits de son message.

« Je crois que l’église pentecôtiste a été suscitée et préparée de bien des façons pour servir cette génération et la prochaine si le Seigneur devait tarder… On a « mangé » de la croissance de l’église, des consultations et du coaching à en mourir. Nous ne connaissons pas notre identité. Nous écoutons les gourous de la dernière tendance et apprenons comment « faire » l’église. Nous ne tarderons sans doute pas à avoir des diplômes en technologie de la louange! Je ne suggère pas qu’il faille suivre un modèle « taille unique » de style de louange, de forme ou d’approche du ministère.

[Mais] le cœur du pentecôtisme se trouve dans les témoignages de nos membres fondateurs, jusqu’à Azusa Street – le plein évangile où Jésus est Celui qui sauve, guérit, baptise dans l’Esprit et revient bientôt pour régner.

C’est cette combinaison unique qui a explosé… Elle a généré le plus grand réveil dont le monde a été témoin. Il ne s’agit pas seulement de doctrines à proclamer. Nous avons rencontré Jésus de plus en plus alors que nous allions de l’avant. Je veux vous encourager tous è visiter www.pentecostalarchives.org et à lire pour vous-même. Nous y trouvons une vitalité, une vibrance que l’on ne retrouve pas toujours dans nos publications actuelles. Mais dans bien des endroits, nous souffrons de ce que j’appellerai l’amnésie théologique – nous avons oublié qui nous sommes.

Il y a bien des raisons à cette amnésie théologique, mais pour l’essentiel, elle nous vient du fait d’être pressés dans une forme, un moule différent de ce que nous sommes. Par exemple, nous pensons que nous avons besoin de soigner nos réunions de louange pour maintenir notre clientèle. Ou pour ne pas dépasser l’heure, d’une grosse pendule comme celle que je vois (fort heureusement, elle est en panne!). Nous éliminons donc des choses que nous estimons prendre trop de temps comme prier pour les malades, ou prendre du temps prolongé dans la prière à l’autel parce que plus personne n’y participait. À cause du nombre disproportionné de personnes émotionnellement instables autour de nous, nous avons mis un terme à des opportunités de témoignage et nous minimisons l’importance des dons spirituels, de peur d’être embarrassés et de perdre le contrôle. Mais bien vite, plus personne ne se convertit, les malades ne sont plus guéris et personne n’est revêtu de puissance pour le témoignage. Le retour de Jésus est rarement mentionné. Nous « faisons » bien l’église, mais souvent, le cœur théologique de notre tradition n’est plus qu’un vague souvenir. Cela nous paraît bizarre et passablement déconnecté. Et les enfants ne savent rien de ces choses. Je suis convaincu que la reprise de possession de nos droits de naissance est la clé pour redécouvrir notre vitalité théologique.

Le retour de Jésus est le moteur qui fait avancer le train pentecôtiste. Il motive notre désir de voir les gens sauvés… de prier pour les malades. C’est notre avenir. Il alimente notre activité missionnaire. Le même Jésus que nous connaissons comme Sauveur est aussi notre Roi qui revient. Ce même Jésus nous sanctifie et reviendra régner. Celui qui nous guérit est notre Roi qui vient. Le retour de Jésus n’est pas la grande peur de l’église, mais sa grande espérance.

Les femmes ont reçu des dons pour le ministère. Et nous savons qu’il y a des tonnes de textes qui soutiennent la place des femmes dans le ministère. Apôtres, prophètes, enseignants. Tout comme les Juifs qui, dans Actes 15, ont refusé d’invoquer un texte qui pourrait exclure les païens et les empêcher de faire partie du peuple de Dieu, en tant que pentecôtistes, nous ne pouvons laisser les textes silencieux prévaloir sur la multitude de textes prépondérants qui plaident en faveur des femmes dans le ministère, parole dont l’Esprit nous a rendu témoignage.

Il y a beaucoup de choses à considérer devant certains textes, notamment face aux défis du gouvernement civil. Il n’y a pas que Romains qui parle de soumission. Cela peut nous aider à trouver notre chemin face aux défis du divorce. Il y a toutes sortes de textes avec lesquels nous devons lutter. Je crois que les pentecôtistes ont une perspective des Écritures qui les distingue à cause de leur compréhension des dons de l’Esprit.

Nous sommes appelés à faire notre œuvre par l’Esprit. Dans l’Apocalypse, tous les témoins fidèles meurent. En Occident, nous sommes plus préoccupés par nos droits que par notre témoignage. Et s’il fallait 20 000 martyrs pour gagner les musulmans? »

 Dr. Thomas nous a encouragés à nous souvenir de notre responsabilité envers les pauvres, les malades, les laissés-pour-compte qui sont parmi nous… dans nos assemblées et nos communautés. Chacun devrait pouvoir trouver une place au sein de la famille de Dieu.