La Journée de l’arbre

En se promenant dans le quartier Balwin d’Edmonton, on remarque un phénomène très intéressant. Entourant maison après maison, rue après rue, on peut voir des épinettes adultes.

(cropped-for-home-page)-dave-wells-professional-green

En se promenant dans le quartier Balwin d’Edmonton, on remarque un phénomène très intéressant. Entourant maison après maison, rue après rue, on peut voir des épinettes adultes. On retrouve la même chose dans d’autres communautés voisines. Ces arbres s’élèvent plus hauts que les maisons qu’ils entourent et ont tous plus de 50 ans. Je le sais car c’est ma génération qui les y a placés — avec beaucoup d’aide de la part de nos parents! D’anciennes photos de la façade avant de ma maison et d’autres maisons voisines prouvent cela.

Ce phénomène ne s’est pas produit accidentellement. Longtemps avant que le concept de prendre soin de la création ne soit populaire, notre gouvernement et les commissions scolaires ont décidé que la Journée de l’arbre devrait être commémorée de façon très concrète chaque année. Les élèves d’une classe particulière étaient tous renvoyés chez eux avec un jeune arbre, une épinette. Ils n’étaient pas impressionnants mais, parce qu’ils nous appartenaient et que c’était ce que nous étions supposés faire, ces jeunes arbres ont été plantés. Et ils ont poussé!

À l’époque, la plupart des familles avaient trois ou quatre enfants ou plus. Les jardins se sont donc rapidement remplis d’épinettes qui y poussaient. Maintenant, 50 ans plus tard, lorsque je rentre à la maison pour rendre visite à mon père, je vois les cinq épinettes élevés comme des tours qui remplissent l’avant et l’arrière du jardin de ma maison familiale. Je sais lequel est le mien. Ceux de Kathy, Carolyn, Ron et Jeff sont là aussi. La preuve que nous étions là, même si nous sommes allés plus loin et que l’un d’entre nous est aujourd’hui au ciel. La Journée de l’arbre s’est assurée de ce que la vie et la vitalité — et des pommes de pin en quantité impressionnante — demeurent longtemps après notre départ.

Le futur de l’église dépend des gens qui comprennent le principe de la Journée de l’arbre.

« LE FUTUR DE L’ÉGLISE DÉPEND DES GENS QUI COMPRENNENT LE PRINCIPE DE LA JOURNÉE DE L’ARBRE. »

À notre Congrès général à Victoria ce mois de mai prochain, nous lancerons la célébration de notre centenaire en tant qu’association d’églises. Les Assemblées de la Pentecôte du Canada et le mouvement pentecôtiste mondial ont commencé comme un jeune arbre. Un petit nombre de leaders et d’églises étaient convaincus que le Seigneur opérait quelque chose de nouveau. Il apportait une pluie de printemps de l’Esprit afin de revitaliser son église. Ces femmes et ces hommes ont commencé à planter. Ils ont planté la Parole de Dieu dans la vie d’autres personnes. Ils ont planté des églises dans de grandes et de petites villes, ainsi que des villages. Ils ont implanté des ministères et des institutions parce qu’ils croyaient que les graines qu’ils semaient porteraient du fruit durable.

Grâce à ce travail, l’album photo de notre famille pentecôtiste est rempli de photographies de gens qui ont planté de manière fidèle. Il y a la jeune famille qui prend le départ à bord d’un bateau à vapeur afin de traverser l’océan, dans le but d’apporter la bonne nouvelle à des gens qui ne l’avaient pas encore entendue. On peut voir les pionniers qui ont donné de leur temps, de leurs ressources et qui ont travaillé afin d’implanter de nouvelles églises à travers tout le Canada. Il y a les visionnaires qui ont vu le besoin de leaders bibliquement formés qui ont oeuvré afin d’établir des collèges bibliques et autres centres de formation. D’autres ont lancé des magazines et des ministères dans les médias afin de parler de celui qui a changé leurs vies. Chacun d’entre eux était un « jeune arbre » qui a grandi et qui est devenu un arbre de droiture magnifique planté par le Seigneur. Ceux qui nous ont précédés comprenaient le principe de la Journée de l’arbre, et ils ne nous ont pas laissé tomber. Ils ont planté et ont servi ; nous commémorons leur mémoire et les honorons. Au cours de l’année qui vient, nous relaterons leurs histoires et célèbreront ce que leur fidélité et ses fruits signifient pour nous.

La Journée de l’arbre revient dans notre calendrier chaque année. Cette année, elle se présente le vendredi 27 avril. Je pense qu’il est une bonne idée de porter de l’intérêt à la création de Dieu et de planter quelque chose ce jour-là, peut-être un jeune plant d’épinette. Mais plus important encore, notre mouvement a besoin de saisir tout à nouveau le principe de la Journée de l’arbre. Nous ne récolterons pas dans le futur si nous ne plantons pas aujourd’hui.

Nous devons planter la Parole de Dieu dans les générations de Canadiens qui connaissent peu ou rien de la vérité qui les libèrera. Nous devons redécouvrir tout à nouveau la joie d’être ses témoins par nos paroles. Nous devons investir de notre temps, notre argent et nos ressources dans les gens, car c’est ce qui durera pour toujours. Les gens sont la récolte qui compte.

Nous devons planter des communautés spirituelles dans chaque strate et quartier de notre pays afin qu’ils partagent la vie de Jésus pour les générations à venir. Beaucoup de nos églises ont duré plus longtemps que les gens qui les ont implantées et portent encore du fruit. Quel héritage!

Nous devons nous implanter dans des pays et des groupes de gens qui nous semblent inhospitaliers à l’évangile. Chaque groupe de personnes qui connaît maintenant la bonne nouvelle de Jésus était réticent à ce message et ses messagers à un moment donné. Mais quelqu’un a brisé les agrégats, quelqu’un d’autre a planté, un autre a arrosé, et aujourd’hui nous sommes témoins de leur travail — les gens et les églises, partout dans le monde, vivant en Jésus!

Il s’agit de la Journée de l’arbre pour les APDC, mes amis. Imaginez le futur et plantons!

Seigneur de la récolte, merci de ce que tu es un Dieu fidèle qui donne la vie. Nous honorons les gens qui tu as appelés à planter, arroser et récolter par le passé. Nous sommes les bénéficiaires de leur obéissance. Saint-Esprit, rends-nous capables afin que nous plantions de jeunes arbres du Royaume qui pousseront afin de devenir des disciples forts et des communautés saines qui forment des disciples. Que ceux qui nous succèdent voient le fruit de notre obéissance. Pour ta gloire. Amen.

Cet article a été écrit par David Wells, surintendant général des Assemblées de la Pentecôte du Canada. Cet article a été publié dans l’édition de mars/avril 2018 de testimony, la publication bimensuelle des Assemblées de la Pentecôte du Canada. ©2018 The Pentecostal Assemblies of Canada. Visitez www.testimonymag.ca.